Mme Chuster Tibi

Progressions en arts plastiques

Classe de cinquième:

Votre prénom se tient débout!

Consigne: à partir d’une feuille de papier format A4 donnez forme aux lettres de votre prénom pour qu’il se tienne verticalement.

Contraintes:

1) votre prénom doit se tenir débout et être visible par tous.

2) la production doit être stable et pliable pour être transportable.

Vous avez deux séances de 55 minutes pour créer.

Réferences: Pop-up/ Schefknecht et Armin B. Wagner

Bureau « Pop-up ».

 

 

24 septembre, 2016 à 16 h 44 min | Commentaires (0) | Permalien


Accompagnement personnalisé

 

1.Une question ouverte qui implique les élèves dans une tâche complexe.
Parmi de nombreux modèles pédagogiques, le cours dit en proposition est aujourd’hui le plus fréquemment utilisé en Arts plastiques car il vise la mise de l’activité de l’élève, l’engage dans une pratique exploratoire et réflexive (ce que nous nommons courammentla pratique). D’autres modèles, comme l’exercice, conduisent vers une pédagogie plus directive et moins adaptée à cet enseignement.Dans l’élaboration du cours en proposition, le moment dit de «l’incitation» est un déclencheur de l’activité de l’élève. Accompagnée ou non de contraintes et/ou de consignes, l’incitation stimule la réflexion, questionne l’élève et motive la construction d’un projet, d’une démarche artistique.
 2.  Un rythme donné qui laisse place à des temps individuels d’appropriation.
Le cours dit en proposition favorise les différents temps d’apprentissages et autorise une acquisition progressive des compétences. La phase liée à l’incitation peut ou non être directement suivie d’un temps d’échange avec la classe. Ce court temps d’échange peut permettre de préciser la demande et parfois d’ouvrir le questionnement. Il s’agit ici d’offrir à l’élève la possibilité d’une appropriation personnelle de la question afin de favoriser la mise en œuvre de sa pratique. L’élève gère ensuite son temps d’effectuation, son rythme de travail, dans le cadre proposé par l’enseignant.
3.  La mise en place de rituels qui favorisent le réinvestissement, la mise à distance et permettent un travail métacognitif, le transfert.
En Arts plastiques, différents modèles pédagogiques déterminent la relation entre l’enseignant et les élèves dans le cadre de la situation d’apprentissage. Pour synthétiser, nous présentons iciles 3 modèles pédagogiques les plus fréquemment utilisés en cours d’arts plastiques.
Le cours dit en proposition : modèle pédagogique qui favorise le projet personnel de  l’élève.

Les situations proposées par l’enseignant permettent au fil de l’année de relancer la réflexion, d’approfondir des notions et de construire un projet personnel. La variété des démarches et des réponses est en effet encouragée.

Le cours de type sujet : Dans ce type de situation, l’incitation est le plus souvent un titre générique associé à une demande explicite. Contrairement au cours en proposition, les productions et les résultats sont souvent prévisibles.

L’exercice : pédagogie normative qui appelle la même difficulté à résoudre, la même activité à effectuer et les mêmes productions pour tous les élèves. Il s’agit du modèle pédagogique le moins adapté à l’esprit de l’enseignement des Arts plastiques. L’élève peut acquérir des connaissances, mais ne réinvestit pas de compétences particulières.

4.  L’instauration de débats ou du moins une certaine interaction entre les élèves qui renforce le travail sur l’analyse de l’erreur.
L’espace de la salle d’Arts plastiques et son organisation favorisent les échanges. Les tables sont fréquemment disposées en îlots. Ces aménagements peuvent varier en fonction des situations.
Dans le cadre du cours dit en proposition, la verbalisation est ce moment essentiel du dispositif qui permet d’échanger sur les productions des élèves et de construire une réflexion collective sur la notion abordée, la question posée.  Ce temps d’échange à l’oral peut se faire de façon intermédiaire et très logiquement en fin de parcours, à l’issue du temps d’effectuation. S’appuyant sur la confrontation visuelle des travaux, la verbalisation autorise des débats et une interaction entre élèves. La verbalisation est animée et conduite par l’enseignant. La verbalisation valorise les productions mais autorise également les confrontations et l’analyse des «  erreurs  » (l’erreur est porteuse de sens). La verbalisation est donc ce temps d’échange collectif, qui faisant suite à une réflexion individuelle, permet de confirmer des compétences et d’enrichir les connaissances. Le professeur peut ensuite présenter les références artistiques appropriées. Cet apport de repères significatifs favorise la construction d’une culture artistique chez les élèves et entre en résonance avec de possibles problématiques pluridisciplinaires et transversales.
5.  Un regard positif sur les productions des élèves.
L’enseignant favorise la mise en œuvre de la pratique, se place en retrait en tant qu’observateur si nécessaire et porte à tout moment un regard positif en encourageant les initiatives et les choix de l’élève. Le vocabulaire utilisé est à portée des élèves, les conseils sont mesurés et le moins possible modélisant.
6.  Une certaine différenciation pédagogique.
Le professeur veille continuellement à adapter le contenu de ses cours au niveau de la classe. Dans ce cadre, il tient compte du contexte et de son évaluation diagnostique pour articuler les séquences et organiser ainsi son enseignement dans une progression collective qui tient compte des individualités.
L’enseignant s’assure de la situation d’écoute au moment de l’énonciation de la proposition et de sa compréhension, en amenant les élèves à reformuler, si nécessaire, la demande.
Dans certaines situations, le professeur peut adapter son dispositif en fonction des besoins des élèves.
7.  Une conscience précise des compétences travaillées prioritairementLes  compétences travaillées en cours sont clairement présentées en début de séance, précisées à l’oral ou inscrites au tableau. Elles sont inhérentes au dispositif construit par l’enseignant.
Le professeur propose différents types d’évaluations et notamment d’auto-évaluation. Les compétences (ensemble cohérent et indissociable de connaissances, capacités, attitudes) sont formulées, évaluées et validées en articulation et cohérence avec la pratique de l’élève.
24 septembre, 2016 à 16 h 32 min | Commentaires (0) | Permalien


EPI 4°4

Thème : Langue et culture de l’antiquité

Matières concernées: Lettres, Arts Plastiques et  Education musicale

Objectifs: comment passe-t-on de l’écriture théâtral à sa représentation ?

Arts plastiques: travail sur les allégories de l’amour et comment réaliser une affiche basée sur ces images.

24 septembre, 2016 à 16 h 11 min | Commentaires (0) | Permalien


EPI 4°1 et 4°3

EPI pour le thème Langue et Culture de l’Antiquité

 Matières concernées: Lettres, Arts plastiques

 Objectifs:

- Comprendre le sens des expressions latines aujourd’hui

- réinvestir les récits mythologiques connus

- approfondir la rédaction de courts textes

 Réalisation d’un glossaire animé (proposition de photomontage, mise en scène costumée des expressions)

24 septembre, 2016 à 16 h 00 min | Commentaires (0) | Permalien


Compétences travaillées cycle 4

Expérimenter, produire créer: 

Choisir, organiser et mobiliser des gestes, des outils et des matériaux en fonction des effets qu’ils produisent

Représenter le monde environnant ou donner forme a son imaginaire en explorant divers domaines (dessin, collage, modelage, sculpture, photographie, vidéo)

Rechercher une expression personnelle en s’éloignant des stéréotypes

Intégrer l’usage des outils informatiques de travail de l’image et de recherche d’information au service de la pratique plastique

Mettre en œuvre un projet

Identifier les principaux outils et compétences nécessaires à la réalisation d’un projet artistique

Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique individuelle ou collective, anticiper les difficultés éventuelles

Identifier et assumer sa part de responsabilité dans un processus coopératif de création

Adapter son projet en fonction des contraintes de la réalisation et de la prise en compte du spectateur

S’exprimer, analyser les pratiques, relation avec les œuvres

Décrire et interroger à l’aide d’un vocabulaire spécifique ses productions plastiques, celles de ses pairs et des œuvres d’art étudiées en classe

Justifier ses choix pour rendre compte du cheminement qui conduit de l’intention à la réalisation

Formuler une expression juste de ses émotions en prenant appui sur ses propres réalisations plastiques, celles des autres élèves et des œuvres d’art

Se repérer dans les domaines artistiques. Sensibilité

Repérer pour les dépasser certains a priori et stéréotypes culturels et artistiques

Identifier quelques caractéristiques qui inscrivent une œuvre d’art dans une aire géographique ou culturelle et dans un temps historique contemporain, proche ou lointain

Décrire des œuvres d’art, en proposer une compréhension personnelle argumentée.

24 septembre, 2016 à 15 h 56 min | Commentaires (0) | Permalien


Programmes disciplinaires cycle 4

Cycle 4

Le Cycle 4 poursuit l’investigation des questions fondamentales abordées dans les cycles précédents (représentation, fabrication, matérialité, présentation) en introduisant trois questionnements :

La représentation ; les images, la réalité et la fi„ction,

La matérialité de l’œuvre ; l’objet et l’œuvre,

L’œuvre, l’espace, l’auteur, le spectateur .

Les questions sont travaillées tous les ans dans une logique d’approfondissement.

24 septembre, 2016 à 15 h 22 min | Commentaires (0) | Permalien


Compétences travaillées cycle 3

Expérimenter, produire, créer

Choisir, organiser et mobiliser des gestes, des outils et des matériaux en fonction des e‡ets qu’ils produisent. » Représenter le monde environnant ou donner forme à son imaginaire en explorant divers domaines (dessin, collage, modelage, sculpture, photographie, vidéo…). » Rechercher une expression personnelle en s’éloignant des stéréotypes. » Intégrer l’usage des outils informatiques de travail de l’image et de recherche d’information, au service de la pratique plastique. Domaines du socle : 1, 2, 4, 5

Mettre en oeuvre un projet artistique 

Identifi†er les principaux outils et compétences nécessaires à la réalisation d’un projet artistique. » Se repérer dans les étapes de la réalisation d’une production plastique individuelle ou collective, anticiper les di‚ficultés éventuelles. » Identifi†er et assumer sa part de responsabilité dans un processus coopératif de création. » Adapter son projet en fonction des contraintes de réalisation et de la prise en compte du spectateur. Domaines du socle : 2, 3, 5

S’exprimer, analyser sa pratique celles de ses pairs: établir une relation avec celle des artistes s’ouvrir à l’altérité

Décrire et interroger à l’aide d’un vocabulaire spécifi†que ses productions plastiques, celles de ses pairs et des œuvres d’art étudiées en classe. » Justifi†er des choix pour rendre compte du cheminement qui conduit de l’intention à la réalisation.  Formuler une expression juste de ses émotions, en prenant appui sur ses propres réalisations plastiques, celles des autres élèves et des œuvres d’art. Domaines du socle : 1, 3

Se répérer dans les domaines liés aux arts plastiques, être sensible aux questions de l’art

Repérer, pour les dépasser, certains a priori et stéréotypes culturels et artistiques.  Identifier quelques caractéristiques qui inscrivent une œuvre d’art dans une aire géographique ou culturelle et dans un temps historique, contemporain, proche ou lointain. » Décrire des œuvres d’art, en proposer une compréhension personnelle argumentée. Domaines du socle : 1, 3, 5

24 septembre, 2016 à 15 h 07 min | Commentaires (0) | Permalien


Programmes disciplinaires cycle 3

CYCLE 3

Trois grandes questions :

La représentation plastique et les dispositifs de présentation: Les élèves distinguent progressivement ce qui, dans leur désir de reproduire le réel, relève du hasard et ce qui manifeste leurs choix, leur volonté. A†n de compléter de premières acquisitions techniques, ils sont conduits par le professeur à explorer les possibilités créatives liées à la reproduction ou au travail en série, ainsi qu’à l’organisation d’images pour sous-tendre un récit ou un témoignage. Poursuivant le travail entrepris en cycle 2, les élèves sont engagés, chaque fois que possible, à explorer les lieux de présentation de leurs productions plastiques ou d’œuvres, dans l’espace scolaire ou dans des lieux adaptés, pour saisir l’importance des conditions de présentation dans la réception des productions et des œuvres.

Les fabrications et la relation entre l’objet et l’espace : La pratique bidimensionnelle faisant appel à des techniques mixtes et les fabrications en trois dimensions sont essentielles dans ce cycle. Elles développent chez les élèves l’attention aux choix, aux relations formelles et aux effets plastiques. Les changements multiples de statut imposés aux matériaux et aux objets permettent la compréhension des dimensions artistiques, symboliques ou utilitaires qui leurs sont attachées. La pratique du modelage, de l’assemblage, de la construction et l’approche de l’installation favorisent la sensibilisation à la présence physique de l’œuvre dans l’espace et aux interactions entre celle-ci et le spectateur.

La matérialité de la production plastique et la sensibilité aux constituants de l’œuvre : Les élèves prennent la mesure de la réalité concrète de leurs productions et des œuvres d’art. Ils mesurent les effets sensibles produits par la matérialité des composants et comprennent qu’en art, un objet ou une image peut devenir le matériau d’une nouvelle réalisation. Le travail fréquent de matériaux variés permet aux élèves d’identifier et de savoir nommer les notions relevant de leur qualité physique, d’éprouver les effets du geste et de divers outils, de prendre plaisir au dialogue entre les instruments et la matière. La notion même de matériau s’élargit ainsi que la palette de leurs usages. La perception de la relation entre sensation colorée et qualités physiques de la matière colorée s’affine et pro†te de la découverte d’œuvres contemporaines ou passées signi†ficatives des conceptions et des questions relatives à la matérialité et à la couleur.

Les trois questions au programme sont abordées chaque année du cycle ; travaillées isolément ou mises en relation, elles permettent de structurer les apprentissages. Elles sont explorées à partir de notions récurrentes (forme, espace, lumière, couleur, matière, corps, support, outil, temps), en mobilisant des pratiques bidimensionnelles (dessin, peinture, collage…), des pratiques tridimensionnelles (modelage, sculpture, assemblage, installation…) et les pratiques artistiques de l’image fi†xe et animée (photographie, vidéo, création numérique), pour développer chez les élèves des habiletés à fabriquer, représenter, mener un projet et s’exprimer sur son travail ou sur une œuvre

1 septembre, 2016 à 11 h 51 min | Commentaires (1) | Permalien